A propos de ...

Corinne se dévoile à travers ses sculptures...

 

Corinne est une artiste bien connue dans la région, puisqu'elle y vit y enseigne et y expose ...

 

Le rapport qu'entretient Corinne à la terre ne date pas d'hier. Son amour de la terre qu'elle nourrit depuis la petite enfance n'a trouvé son épanouissement que lorsqu'elle a imaginé une "astuce" pour réaliser ses grandes statues à l'aspect de bronze.

 

Après avoir travaillé le modelage, elle décide donc à 24 ans de prendre des cours de sculpture. Très vite après, elle se met à enseigner, poussée par ses pairs et transmet depuis bientôt 25 ans, sa passion, sa technique et son savoir.

Corinne enseigne la sculpture et le modelage dans différentes communes.

Elle travaille la pierre, le fer, la cire, la terre et depuis peu, son art de la céramique s'est enrichi puisqu'elle pratique, depuis peu près d'un an, le Raku.

 

Le Raku est une technique de cuisson de poteries d'origine Japonaise utilisée autrefois lors de la Cérémonie du thé dont le rituel était étroitement lié à la philosophie Zen et qui s'est développée dans le Japon du XVIe siècle.

Cette technique fait appel aux 4 éléments, la terre, le feu, l'air, et l'eau - rien d'étonnant à ce que Corinne y vienne un jour où l'autre.

Les sculptures en grés sont cuites à une température d'environ 1000 degrés. Chaque pièce encore rouge est retiree du four à l'aide de pinces, puis enfumée dans des copeaux de bois, de la paille ou même du papier ou encore laissée à l'air libre. La grande différence de température permet le craquelage des pièces ainsi que l'effet d'enfumage de la terre. La multitude des paramètres mis en jeu permet d'obtenir des résultats variant à l'infini, ce qui confère à la pièce, entièrement réalisée à la main, la qualité d'objet unique.

 

La relation amoureuse est au coeur de la plupart de ses oeuvres. L'artiste façonne avec justesse nos désirs et nos frustrations quotidiennes...ses sculptures sont le reflet des évènements de sa vie.

Elle aime confronter le regard de l'autre à ses oeuvres, qu'il soit positif, critique ou même choqué, car elle souhaite que le public ne soit pas qu'un simple spectateur passif et contemplatif mais aussi qu'il réagisse !

 

 

(texte publié dans Courtry-infos- journal municipal n°5)